Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Telegram

Histoire & Mission

Notre mission

La mission de L’ONG Fondation Sociale & Vie (FSV) se décline en trois points principaux. De prime abord l’ONG, met en œuvre tout le nécessaire afin de permettre aux femmes en âge de procréer, de connaitre précocement leur statut oncologique notamment celui du Cancer du Sein et du Col de l’Utérus. La lutte contre l’anémie gestationnelle constitue le second pan de notre mission, en plus de la prise en charge nutritionnelle chez l’enfant de 0 à 5 ans. Composée d’une équipe dynamique de professionnels de la santé (Professeur, Docteur, Médecin et sage-femme) du district sanitaire Bouaké sud.

Point focal de la Coalition des Organisations de Lutte contre le Cancer en Côte d’Ivoire (COLCC-CI) dans la région sanitaire de Gbêkê, nous travaillons en étroite collaboration avec le Programme National de Lutte contre le Cancer (PNLca) pour apporter notre soutien au gouvernement Ivoirien à travers le Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique (MSHP) et de la Couverture Maladie universelle (CMU) contre ces problèmes de santé publique qui endeuillent les familles chaque jour.

Notre vision

La familiarisation et la vulgarisation du dépistage du Cancer du Sein et du Col de l’Utérus, la conscientisation de la population sur ces fléaux à travers la sensibilisation régulière en vue de l’éradication globale sur toute l’étendue du territoire ivoirien.

Notre histoire

Comment prévenir la mortalité des populations démunies vivant dans les zones reculées et extrêmement pauvres en fournissant des soins de santé à moindre coût voire gratuit face à la menace grandissante du Cancer du Sein et du Col de l’Utérus? C’est pour apporter une réponse à cette interrogation que le Berger KOUTOUAN Marie à l’état civil KOUTOUAN Jean Martial, membre de la Communauté Catholique Notre Dame du Bon Berger, responsable du Ministère Catholique le Puits de Guérison (Un Apostolat auprès des malades) et Président fondateur de l’ONG, en concert avec Mlle BOHOUSSOU Bénédicte, sage-femme du district sanitaire Bouaké sud et secrétaire général de l’ONG, implémente la phase pilote de cette lutte au Centres de Santé Urbaine (CSU) de Djébonoua sous forme de consultation foraine organisée le 26 septembre 2020.

Le résultat de cette action fut touchant avec 87 femmes dépistées et 4 cas positifs, par Test (IVA) Inspection Visuelle à l’Acide Acétique, qui a pour but de dépister des lésions précurseurs de cancer. Deux femmes dépistées à un stade avancé en sont décédées juste un an après. Le nombre de décès dû au Cancer du Sein et au Cancer du Col de l’Utérus dénombré chaque année, nous a donc poussés à mettre sur pied un instrument de lutte.

a- Comment sommes-nous arrivés de là à ici ?

Le 6 mai 2020, va naitre au sein de cet apostolat la branche sociale de lutte contre les Cancers (Cancer du Sein et Cancers du Col de l’Utérus) et bien d’autre pathologie tel que : La malnutrition chez les enfants de 0 à 05 ans, l’anémie gestationnelle, le diabète et l’hypertension artérielle et VIH-SIDA.

L’ONG Fondation Sociale & Vie en abrégé  (FSV), est une organisation à but non lucratif régie par la loi n° 60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations en Côte d’Ivoire, enregistré au récépissé de déclaration d’association N° 027 /P.BKE/CAB du 09/06/2021.

Le 04 octobre 2021, l’ONG, membre de la Coalition des Organisations de Lutte Contre le Cancer en Côte d’Ivoire (COLCC-CI), deviens au constat de son travail acharné sur le terrain, son représentant ‘’Point focal, dans la région sanitaire de Gbêkê’’ signée des mains de sa présidente, Maitre FATOU FADIKA COULIBALY, Avocat à la Cour.

Le 29 avril 2022, après deux années de collaboration fructueuse en nombre de dépistages  sous le regard de la Directrice Régionale de la Santé du Gbêkê, Docteur FATOUMATA TOURE BAMBA et le Directeur Départemental de la Santé de l’Hygiène Publique et de la couverture Maladie Universelle du District Sanitaire de Bouaké Sud, Docteur BRIZALEKOU GOBEZIGNON AIME, l’ONG (FSV) a reçu son attestation de reconnaissance.

b- Méthodes de travail

Pour mener à bien notre mission, nous n’avons cessé de parcourir, depuis la naissance de l’ONG, plusieurs localités dans notre zone d’intervention, des établissements, des entreprises, des communautés religieuses (Églises et mosquées) avec pour objectif la sensibilisation et le dépistage gratuit.

De l’année 2020 à 2021, nos dépistages de masse se faisaient avec le Test IVA et les clientes qui avaient des lésions précancéreuses étaient référer au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Bouaké, pour les lésions minimes et pour ce qui étaient des lésions larges au Centre National d’Oncologie Médicale et de Radiothérapie Alassane Ouattara d’Abidjan.

Pour le cas du Cancer du Sein la méthode utilisée, vu que nous ne disposions pas d’appareil de mammographie, l’équipe de sages-femmes procèdent pas palpation du Sein à la recherche des nodules. Là où la présence était détecter la cliente était référer à la CIMAB (Centre d’Imagerie Médicale et d’Analyse de Bouaké) avec qui nous avions un partenaire dans la lutte contre le Cancer du Sein ou au Centre National d’Oncologie Médicale et de Radiothérapie Alassane Ouattara (CNRAO) de Côte d’Ivoire.    

c- Innovation dans la méthode du dépistage du Cancer du Col de l’utérus

A la fin de l’année 2021, sous recommandation de la COLCC-CI, une collaboration dans la lutte contre le Cancer du Col de l’Utérus, née avec l’ONG international JHPIEGO, dans le projet SUCCESS – Scale Up Cervical Cancer Elimination with Secondary prevention Strategy, d’expertise France qui concerne 4 pays d’Afrique qui sont : Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Guatemala, Philippines, en vue de renforcer le passage à l’échelle de l’élimination du Cancer du Col de l’Utérus par une stratégie de prévention secondaire.

Le 02 avril 2022 commence pour nous une nouvelle expérience, une innovation dans le dépistage du Cancer du Col de l’Utérus par le Test HPV (Human PapillomaVirus). 

d- Présentation

(Human Papillomavirus) ou VPH (virus du papillome humain) sont un ensemble de virus à ADN de la famille des Papillomaviridae. Il en existe plus de 200 types, classés en fonction de leur tropisme et de leur pouvoir pathogène (Institut Pasteur ; Alain, 2010).

les HPV à tropisme cutané : ils infectent les cellules épithéliales de la peau. Ils peuvent être à l’origine de tumeurs bénignes comme les verrues plantaires mais aussi favoriser certaines tumeurs malignes tel que le carcinome spinocellulaire (= cancer de la peau).

les HPV à tropisme muqueux : ils infectent les cellules épithéliales des muqueuses génitales et orales. On les sépare en deux sous-groupes :

Les HPV à bas risque cancérogène (HPV 6 et 11 par exemple). L’infection par ces virus peut provoquer l’apparition de tumeurs bénignes ou condylomes (= verrues génitales). Celles-ci peuvent être invalidantes et nécessiter un traitement long et récidiver fréquemment.

Les HPV à haut risque cancérogène qu’on appelle aussi oncogènes (HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52, 58 et en particulier les HPV 16 et 18). Ils peuvent provoquer le développement de lésions précancéreuses qui peuvent évolué au bout de plusieurs années voir dizaines d’années en cancers.

Inscription et billetterie simplifiées

Rejoignez notre communauté par le soutien de nos diverses campagnes

Nous sommes forts tous ensemble contre le cancer du sein et du col de l'utérus